Ce site était initialement à l’effigie d’Aerofly. Mais aujourd’hui, nous plébiscitons X-Plane 12. Voici pourquoi…

Introduction

Après plusieurs années avec Aerofly, nous nous sommes retrouvés insidieusement devant le fait accompli.

En effet, il est grand temps d’ouvrir les yeux et de réaliser que le produit ne décollera jamais… jamais… jamais !

L’excellence des deux mondes

X-Plane 12 + Airbus de ToLiSS

Voici l’interminable liste des lacunes, des bugs et des griefs à l’encontre d’Aerofly accumulés depuis des années :

  • Pas de roadmap claire ;
  • Déployé par cette saleté de Steam ;
  • Bugs historiques ignorés malgré de nombreux signalements au fil des années ;
  • Boudé par les développeurs tiers ;
  • Plus jamais de nouveaux DLCs (les nouveautés en streaming) ;
  • Global streaming affreusement laid : l’exemple le plus typique nous vient du Japon, ce pays magnifique où les paysages semblent s’être infligés harakiri. Où Kansai Intl n’est fait que de pistes (pas de remblais) à 1 mm de la surface de l’eau dans le pays qui a créé le mot tsunami ;
  • Pas de pluie ;
  • Pas de tonnerre ;
  • Pas de neige ;
  • Pas de saison ;
  • Pas de vagues sur les océans ;
  • Zones côtières grossières et hideuses ;
  • La nuit c’est moche (les lumières des villes ne sont pas étendues au lointain et surgissent par blocs au fil de l’approche) ;
  • Les villes apparaissent soudainement par carrés entiers ;
  • Il y a parfois des carrés noirs sans terrain ;
  • Pas de trafic routier, ni ferroviaire animé ;
  • Les lignes du taxiway se volatilisent au fil de l’avancement du roulage ;
  • Pas de gestion du QNH ;
  • Pas de terrain on ND ;
  • Pas de weather on ND ;
  • Pas d’ATC, même pas un ATC chatter ;
  • Pas de ground service ;
  • Pas de pushback automatique ;
  • Pas de bruits ambiants ;
  • Pas de bruits de roulage dans le cockpit ;
  • Son de l’A320 à revoir pouvant tendre vers un le son d’un jouet made in China ;
  • Pas de gestion des transitions entre les SID et les approches (énormes discontinuités où le pilote automatique se perd) ;
  • Pas de DIRECT TO ;
  • Pas de HOLD ;
  • Pas d’approche FLS (F-LOC/F-G/S), ni SLS ou GLS, etc. ;
  • Echec de la navigation sur certaines SID ou STAR (l’aéronef ne tourne pas) ;
  • Ne suit pas exactement le tracé de la navigation dans le ND ;
  • Sauts dans le profil de descente (parfois 15000 pieds d’écart) ;
  • Pas de gestion du carburant ;
  • Pas de gestion des airways ;
  • Données de navigation arriérée et basée sur un melting-pot de données autour de 2013 (oui, 2013, plus de 11 ans) ;
  • La mise à jour vers un cycle AIRAC clairement défini et plus récent est dans une impasse (IPACS estimant que la situation est satisfaisante) ;
  • Pas compatible avec Navigraph et confirmation que ça ne le sera jamais !

C’est à se demander si IPACS utilise vraiment leur propre A320 !

Envie d’un A320 débuggé ?

A320neo de ToLiSS sous X-Plane 12

IPACS semble faire du global streaming son articulation centrale. Il en découle que la quantité prime sur la qualité, tout l’inverse de l’esprit initial.

Saviez-vous que la mise à jour d’Aerofly FS 4 dont vous avez toujours rêvée existe déjà ?

C’est X-Plane 12

Pour finir, IPACS est totalement muet sur sa roadmap.

Côté clients, ça donne l’impression qu’ils volent à vue et que l’avenir est incertain !

On ne peut que supposé qu’ils sont focus sur le global streaming pour proposer d’ici fin 2025 une nouvelle version presque identique mais 100% streamée, sans DLC donc, et sur abonnement (+ arrêt du streaming dans Aerofly FS 4 car ce n’est pas mentionné dans la description produit).

En tout cas, il est inconcevable acheter un hypothétique Aerofly FS 5 sans que les points ci-dessus ne soient pas traités. Désolé, mais il ne faut pas déconner !

Voilà pourquoi, nous allons aborder ici comment se passer d’Aerofly FS 4 pour finalement voler à bord de l’A320neo de ToLiSS…

Prévoyez très largement plusieurs heures pour la configuration initiale, et énormément de persévérance !

Coût du changement

Voici le coût de notre migration vers X-Plane 12, nous suggérons vivement cette configuration :

NomPrixMagasinDescription
X-Plane 12$80X-PlaneSimulateur haut niveau
ToLiSS A320neo (ou autre…)$90X-Plane.Org StoreAirbus haute qualité
WebFMC$30X-Plane.Org StoreLe MCDU sur Safari et donc sur un iPad annexe en Split View
X-ATC Chatter$18X-Plane.Org StoreAmbiance radio dans le cockpit
Navigraph98 €/anNavigraphAIRAC du mois et cartographie sur un iPad annexe en Split View
BetterPushback (don PayPal)GratuitX-Plane.OrgMeilleur pushback automatique
Total $218 + 98 €/an

Il y a régulièrement des réductions : nous avons payé 180 € pour le tout sans compter l’abonnement à Navigraph. Nous avons aussi fait un don PayPal de $15 à BetterPushback par respect pour leur travail.

C’est assez onéreux, mais après tout vous le valez bien !

La satisfaction est proportionnelle au prix, voire décuplée. Il y a un réel retour sur investissement. Rebrousser chemin est purement impensable !

Ce prix est à payer pour décoller pour de bon et ne pas rester enlisé dans le stagnation d’Aerofly FS 4.

Tous les produits proposés ici sont natifs Apple Silicon. Les logiciels non compatibles ont été rejetés comme des merdes (3ème génération de systèmes sur puces, il ne faut pas pousser, la nullité ça va qu’un temps !)

Espace de stockage

Comme X-Plane 12 n’est pas basé sur le streaming, et c’est tant mieux, vous allez peut-être avoir besoin de libérer de l’espace de stockage. Pas énormément pour tester (25 Go), mais par la suite vous aurez sans doute envie de télécharger plus de régions.

X-Plane 12 avec les plugins décrits ci-dessus et le téléchargement du monde entier occupent moins de 98 Go au total

Il est possible de récupérer une partie de l’espace occupé par Aerofly en activant la fonctionnalité global streaming. Puis, en déchargeant les DLCs. Aerofly reste utilisable en streaming en occupant beaucoup moins d’espace.

X-Plane 12 n’est pas basé sur des orthophotos mais sur une bibliothèque d’objets terrain permettant d’avoir une représentation par patchs/patterns. Ce qui permet d’avoir le monde entier téléchargé sur son Mac le tout dans une bonne qualité, et aussi de disposer d’une variante enneigée, etc.

Veuillez noter que contrairement à X-Plane, Aerofly propose une vue assez lointaine avec quantité incroyable d’arbres et de bâtiments

Où acheter X-Plane 12 ?

Achetez-le sur le site internet de Laminar Research, X-Plane 12 coûte moins de 80 € ($80) :

N’achetez surtout pas X-Plane 12 sur Steam !

En effet, si X-Plane vous convient, vous pourrez ainsi dégager cette grosse merde de Steam en plus d’Aerofly et ainsi grapiller 1,5 Go supplémentaires

Il est aussi possible de télécharger la version d’essai. Elle permet de voler pendant 15 minutes autour de Portland (renouvelable à chaque session). Ou d’acheter la version complète et se faire rembourser ultérieurement (14 jours).

NB : la version d’essai est la même que la version normale, mais limité à Portland et 15 minutes de vol

Installer X-Plane dans le dossier Applications de votre dossier utilisateur :

<Utilisateur>/Applications/X-Plane 12

Cet emplacement est dédié aux applications personnelles et c’est plus fûté que dans Documents comme proposé par défaut.

Remarque : Documents peut être associé à iCloud Drive, et dans ce cas, l’installation d’X-Plane pourrait y être synchronisée (à voir selon votre connexion internet et votre forfait iCloud Drive)

ToLiSS A320neo

L’A330 d’X-Plane est passable, en particulier à côté de l’A320neo de ToLiSS qui est de très très loin supérieur !

ToLiSS est le spécialiste Airbus sans équivalent sur X-plane.

Depuis juillet 2023, les produits ToLiSS sont compatibles nativement avec Apple Silicon

Le tracé et le suivi du plan de vol est impeccable et tout en courbes.

Ainsi que le profil de descente, qui passe exactement par les altitudes de contraintes sans faire défaut.

Le passage des 10000 pieds est parfait.

Il y a même un Electronic Flight Bag intégré au cockpit, une tablette pour notamment calculer les performances

Venant d’Aerofly, ça ressemble à un rêve éveillé !

Mais, c’est pourtant bien réel. On dirait la mise à jour d’Aerofly qu’on espérait en vain depuis tant d’années et qu’on attend toujours et encore !

D’ailleurs, le contrôle des boutons du cockpit ressemble beaucoup au style Aerolfy, et c’est tant mieux, rendant ainsi ce produit largement plus pratique que l’A330 natif.

La fonction Jump to next waypoint/200 NM remplace élégamment Skip Time d’Aerofly. Il est donc assez facile de sauter la partie croisière. Cependant, par rapport à Skip Time, la montée et la descente doivent être faites. Et bien sûr, tous les composants de l’avion, le carburant ainsi que le temps évoluent à chaque saut.

Pour passer rapidement la croisière, le mieux est de faire un DIR TO vers le dernier waypoint avant le Top Of Descent, puis d’appliquer l’action Jump to next waypont/200 NM

L’A320neo intègre une interface permettant de régler l’avion : playload, les detentes de la manette des gaz, ground service, auto park brake (stop and hold).

Le plugin est fourni avec d’autre plugins permettant d’accéder à des commandes inaccessibles à l’A330 d’X-Plane (park brake, spoilers armed, etc.).

WebFMC

AirFMC et Navigraph ne pouvant pas être mis l’un à côté de l’autre avec la fonctionnalité Split View de l’iPad, alors, l’idée est d’utiliser Safari.

Navigraph fonctionne à merveilles dans Safari, reste alors à trouver une alternative à AirFMC compatible avec ToLiSS :

WebFMC coûte 30 €, mais cette fois vous la possibilité de placer le MCDU et la cartographie/moving map côte à côte sur un iPad déporté.

C’est un plugin X-Plane 12 natif Apple Silicon depuis la version 2.3. Le plugin crée un site web sur le réseau local. Ce site web correspond au MCDU et il peut être ouvert par un autre appareil comme un iPad ou un iPhone.

Navigraph

X-plane 12 est bien évidemment compatible avec Navigraph, comme il se doit dans le monde de la simulation de vol.

Nous plébiscitons Navigraph les yeux fermés.

Navigraph est d’une supériorité telle, d’une élégance telle et d’une agilité telle, qu’il est difficile de ne pas céder à la tentation

Navigraph est lié à un abonnement de 11 €/mois (ou 98 €/an), c’est très onéreux. Mais voilà, il n’y a pas d’équivalent et ils en ont bien conscience…

Ca fonctionne à l’inverse de XPFlightPlanner en synchronisant le dernier AIRAC du mois en cours avec X-Plane. Pour cela, installer FMS Data Manager depuis le site de Navigraph.

Navigraph est au plan de vol ce qu’Apple est à l’informatique !

Navigraph est d’une facilité d’usage déconcertante, rapide et utilisable sur le Mac, mais aussi sur l’iPhone, sur l’iPad ou sur le web. Ce qui est commencé sur un appareil peut être terminé sur l’autre.

L’iPad (ou autre) peut servir de moving map très pratique au sein d’un aéroport complexe. Et aussi, il peut aussi servir de tablette pour consulter les charts. Pour cela, installer Simlink depuis le site de Navigraph. Il s’active automatiquement quand X-Plane est lancé et assure la transmission de la position de l’avion.

Toutes leurs applications sont natives Apple Silicon, un travail rigoureux et soigneux !

Calcul de performances

Comme il n’y a pas d’anti-sèche dans MCDU de X-Plane 12, il va falloir calculer nous même les performances avec PerfCalc :

NB : Si vous utiliser un avion de ToLiSS, vous n’avez pas besoin de ceci, car dans le cockpit il y a un EFB pour effectuer ces calculs

Accélérer le temps

Le raccourci clavier Alt-T (par défaut, mais nous avons choisi Maj-T) permet de compresser le temps de x2 à x16, puis retour vitesse normale.

Pendant cette compression , tous les paramètres du vol sont actifs y compris la quantité de kérozène consommée.

NB : L’A320neo de ToLiSS supporte très bien cette fonction. Cependant, l’A330 d’X-Plane 12 finit par se perdre pendant l’accélération. Avec ToLiSS il y a aussi la fonction Skip To Next Waypoint

Plugins

La plus part des plugins ne sont pas créés par des développeurs certifiés. macOS les mettra donc en quarantaine.

Pour lever la quarantaine, ouvrir Terminal et taper les commandes suivantes :

cd ~/Applications/X-Plane 12/Resources/plugins
xattr -dr com.apple.quarantine * 

Mais avant de lever la sécurité, pensez à scanner les nouveaux plugins avec un anti-virus

Plugin : Better Pushback

Comme son nom l’indique, le pushback est meilleur, et pas qu’un peu :

Vous restez dans le cockpit, vous prédéfinissez votre trajet de pushback et vous lancer les opérations.

Le gars vous parle à la radio en français si vous êtes en France ou sinon en anglais avec l’accent du coin !

Pendant les opérations, vous démarrez vos moteurs, etc. Orgasmique !

NB : conseillé par ToLiSS pour l’A320neo

Plugin : FlyWithLua

FlyWithLua est un plugin généraliste qui permet d’ajouter des scripts pour ajouter des fonctionnalités manquantes.

FlyWithLua : HUD Brightness

La vue HUD de X-Plane applique une atténuation élevée dans la nuit. Il en résulte que le HUD est illisible !

Installez le plugin FlyWithLua, puis allez dans le dossier :

.../X-Plane 12/Resources/plugins/FlyWithLua/Scripts

Créez-y un fichier texte nommé HUD_attenuation.txt.

Editez-le comme suit :

dataref("hud_brightness_attenuation", "sim/cockpit2/electrical/HUD_brightness_attenuation_ref_nits", "writable")
hud_brightness_attenuation = 100

La valeur interne par défaut pour hud_brightness_attenuation est de 1000 nits, ce qui réduit énormément la luminosité du HUD la nuit.

Mettez une valeur bien inférieure comme 0, 50, 100, 200, au choix…

Enregistrez le fichier et renommez-le avec l’extention .lua à la place de .txt.

Démarrez X-Plane, c’est corrigé.

FlyWithLua : TCA Park-Brake

Dans X-Plane, le park brake a une position ON, mais pas de OFF !

Ce script pour le plugin FlyWithLua corrige ce problème :

NB : inutile pour ToLiSS A320neo qui intègre le nécessaire

FlyWithLua : Spoilers Arm Disarm

Dans X-Plane, il n’y a pas de commande pour armer/désarmer les spoilers !

Ce script pour le plugin FlyWithLua corrige ce problème :

NB : inutile pour ToLiSS A320neo qui intègre le nécessaire

Quel mac ?

X-Plane 12 utilise à fond les ressources de l’ordinateur. C’est un cran largement au dessus d’Aerofly. Si votre réglage limite était « ultra » sur Aerolfy ce sera « moyen « avec X-Plane 12.

Il est donc difficilement envisageable d’utiliser un Mac en dessous d’un M1 Pro 16 Go RAM. Cette configuration fonctionne honorablement, mais ne permet pas de pousser les curseurs des réglages graphiques sans faire des sacrifices.

X-Plane 12 sera confortable sur un Mac avec puce M3 Max 36 Go RAM. Ce produit est très cher mais Amazon le propose avec au moins 10% de réduction. Quitte à prendre par la suite un Apple Care pour que d’éventuelles réparations soient prisent en compte par Apple plutôt qu’Amazon.

Commandes de vol

Thrustmaster Airbus Edition sera l’outil parfait.

Attention : l’axe Z (twist) du Sidestick tombera en panne à coup sûr !

L’interface d’X-Plane est extrêmement riche en réglages au point d’être décourageante. Mais, il faut persévérer et prendre son courage à deux mains.

Mettez les throttles sur FADEC et inversion, puis ajouter un blanc avant de déclencher les reverses.

IMPORTANT : lorsque vous assignez des actions à des boutons, prenez bien en compte que certaines commandes existent uniquement pendant que la session de vol est active.
CONSEIL : faites tous vos réglages dans la session de vol

X-Plane n’est pas terrible dans le gestion du NWS (Nose Wheel Stirrer).

Il faut assigner le NWS à l’axe Z (twist) du sidestick. Ainsi, l’A320neo de ToLiSS va donner l’amplitude maximum à la roue avant lorsqu’on manipule l’axe Z lors du roulage. Et, l’usage des palonniers va agir à 6° maximum sur le NWS.

Attention : attribuer la gouverne à l’axe Z entraîne des rotations de la roue avant beaucoup trop amples lors des décollages et atterrissages

Sans l’accessoire gouverne et pour la raison ci-dessus, il faut conserver l’attribution du contrôle de la roue avant avec l’axe Z du sidestick. La gouverne sera alors commandée par l’axe roll du sidestick.

Ca se passe très bien avec l’avion de ToLiSS (contrairement à l’A330 natif d’X-Plane).

Réglages écran

X-Plane est tellement enraciné dans le monde PC qu’il ne sait pas que les écrans des Mac sont Retina. C’est à dire que dans 1 point il y a 4 pixels, là où dans le monde PC 1 point égale 1 pixel.

Pourtant, il est bien possible de sélectionner des résolutions supérieures, ça fonctionne, ça évite même l’encoche (comme quoi), mais… Mais ça chamboule l’affichage de tout le Mac, un vrai massacre : plus d’encoche, interface riquiqui, etc. Jusqu’au redémarrage du Mac.

Alors, la solution est d’ouvrir les informations de l’application X-Plane et de décocher Ajuster sous la caméra embarquée. Ainsi l’application s’ouvre avec l’encoche, mais…

Mais, si vous sélectionnez une définition d’écran, par exemple 2048×1280 (60 Hz), alors X-Plane s’ouvrira sur cette définition en esquivant l’encoche.

Le reste de votre affichage sera aussi modifié le temps de votre session de vol puis reviendra à la normale à l’issue.

L’avantage c’est qu’X-Plane sera lancé dans une définition bien meilleure au point de régler l’anti alias au minimum puisque les pixels sont indiscernables des uns des autres à l’œil nu (l’objectif du Retina).

Et comme le mode plein écran d’Apple n’est pas géré, le mode jeu ne s’active pas et donc le Mac ne donnera pas la priorité au simulateur.

Réglages graphiques

Par rapport à Aerofly FS 4, avec X-Plane 12 vous allez devoir abaisser vos réglages graphiques. De ultra avec Aerolfy à moyen environ avec X-Plane.

Le MacBook Pro M1 Pro 16 Go RAM supporte X-Plane en réglages moyens.

Vous trouverez le Saint Graal avec le MacBook Pro M3 Max 36 Go RAM qui libérera X-Plane en poussant les curseurs au maximum.

X-Plane 12 est beaucoup plus gourmand en ressources mais le résultat en est massivement jouissif.

Vues & Raccourcis

X-Plane ne propose la vue intelligente d’Aerolfy. Elle permettait en tournant la tête et de se décaler en même temps et ainsi voir le FCU, le Overhead Panel et la console centrale sans aucune autre action.

Ici, il faudra créer des raccourcis pour des vues rapides :

  • O : Overhead panel view
  • S : Signs, lights, APU view (bottom of the overhead panel)
  • P : Pilot view
  • D : Dashboard view (FCU)
  • C : Console view
  • E : Electronic Flight Bag view
  • F : Follow external view
  • H : HUD view
  • J : Jump seat view
  • W : ToLiSS wing view
  • N : ToLiSS nacelle of the engine view
  • T : Tower view

Ctrl+raccourci permet de mémoriser la position de la vue correspondant au raccourci

Autres raccourcis utiles :

  • I : ToLiSS ISCS panel
  • G : Gear
  • L : Flashlight (white or red)
  • A : X-ATC Chatter
  • Maj-B/B : Connect tug / start Pushback
  • Left/Right : move left/right
  • Up/Down : move up/down
  • Maj-Up/Maj-Down : move forward/downward (zoom)
  • Maj-Left/Maj-Right : time earlier/later
  • Maj-T : compresser le temps (multiplication de la ground speed)
  • Esc : X-Plane menu
  • Alt-Q : Quit X-Plane